ban-comment-apprendre

Comment les enfants apprennent-ils ?

« On apprend qu’à partir de ce qu’on sait »  André Giordan.

Les 4 étapes de l’apprentissage selon Maslow :

  • Je ne sais pas que je ne sais pas : l’enfant n’a pas conscience de son incompétence
  • Je sais que je ne sais pas : l’enfant prend conscience qu’il a besoin d’une compétence qu’il n’a pas
  • Je sais que je sais : après une phase d’apprentissage formelle, l’enfant a acquis la compétence dont il avait besoin. Il peut alors s’en servir dans la situation initiale.
  • Je ne sais plus que je sais : l’enfant utilise la nouvelle compétence acquise dans diverses situations sans même s’en rendre compte.
 

Ces 4 phases de l’apprentissage peuvent facilement être illustrée dans l’apprentissage à faire du vélo.

Depuis que l’école existe on dit aux enfants : tu vas aller à l’école pour apprendre à lire, écrire et calculer ! Autrement dit, après avoir appris à parler et à marcher, tu vas développer tes connexions neuronales en apprenant à lire, à écrire, à mathématiser…

Tous les travaux des neurobiologistes corroborent les pratiques des pédagogies actives depuis un siècle : le cerveau se construit et fonctionne par tâtonnement expérimental, une succession d’interactions entre l’environnement et lui. Le cerveau construit et ajuste ses circuits neuronaux jusqu’à ce qu’ils produisent une solution satisfaisante et il les réutilisera alors dans des situations semblables (cf Alain Berthoz « La simplexité »).

On sait maintenant que personne n’apprend à lire, à écrire, à mathématiser … de la même façon, ni au même rythme.

Les compétences sont une conséquence de la construction cognitive, psychologique et sociale de l’enfant. L’enfant se construit au sein d’un groupe par l’interaction permanente avec son environnement et dans l’interrelation constante avec les membres du groupe auquel il
appartient. Ces interactions s’effectuent particulièrement dans les activités et projets enclenchés par les enfants eux-mêmes. En écrivant ce qu’il a lui-même pensé, en mathématisant à partir de ses représentations, et de manière plus générale, en s’activant comme auteur de sa recherche (en tâtonnant, en expérimentant, en vivant), il développe au mieux son réseau neuronal. 

C’est au cours des activités que l’enseignant peut intervenir pour les apprentissages ; l’enfant accepte alors facilement ce qu’il met en place pour franchir les caps qu’il reconnaît et dont il a besoin. L’enseignant met donc en place des stratégies éducatives pour que les enfants ne fassent pas ce qu’ils veulent, mais qu’ils veuillent ce qu’ils font.

Le rôle de l’enseignant consiste donc à :

  • Enrichir et modifier un environnement qui induit l’utilisation et l’apprentissage de l’écrit et des mathématiques en particulier.
  • Accompagner les activités/projets de chacun et en proposer le cas échéant ; développer les apprentissages à partir des activités/projets initiés par les enfants,
  • Observer l’enfant, son évolution dans ses travaux, et l’écouter, de manière à l’aider au mieux, à le pousser à aller plus loin, en incitant, en motivant, en orientant,
  • Permettre aux enfants de s’organiser dans leurs activités et entre eux en évaluant en permanence l’efficacité du fonctionnement de la classe et en le faisant évoluer. Lorsque l’enfant choisit, décide, entreprend par lui-même, il mobilise plus facilement ses capacités et développe de la confiance en lui, ce qui procure une assurance face aux activités et donc, aux apprentissages,
Lorsque l’enfant choisit, décide, entreprend par lui-même, il mobilise plus facilement ses capacités et développe de la confiance en lui, ce qui procure une assurance face aux activités et donc, aux apprentissages.
 
Une notion est acquise uniquement lorsqu’elle peut être réinvestie dans une autre situation. C’est toute la communauté éducative – enseignant, parents, commune – qui participe à ce que l’espace scolaire soit aménagé et conçu de façon à ce que les conditions d’apprentissage soient les meilleures.

Partager cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn