REU-INFO

Du temps pour être et du temps pour faire

Comme nous l’avons vu dans un précédent article, le temps est un facteur entrant dans la qualité des apprentissages.  D’un point de vue scolaire, comment organiser ce temps dans l’intérêt de l’enfant et de son développement ?

  • Du temps pour être

Être prend du temps et nous ne sommes pas tous pareils, nous n’avons pas tous les mêmes rythmes. Comment trouver une solution globale à des besoins individuels ? Il suffit peut-être d’observer une famille et ses quelques individus. Prenez l’exemple de votre propre famille et observez rapidement le rythme de chacun, et plus particulièrement en ce temps de confinement, où les rythmes physiologiques naturels reprennent un peu plus leur droit par rapport au rythme de travail habituel. On peut sans doute observer que certains sont plus du matin, d’autres de l’après-midi. Un tel adore faire 30min de sieste après le repas alors qu’un autre a un coup de mou en fin de matinée. Certains sont très efficaces dès le réveil alors que d’autres produisent énormément la nuit. Après cette prise de conscience, nous conviendrons facilement que d’imposer un rythme identique à tout un groupe est contre- productif. Il est même néfaste pour la créativité comme l’ont compris de grands groupes comme Google ou IXBlue qui laissent leurs ingénieurs gérer leur rythme de travail. 

À l’image de ces entreprises, nous faisons également le choix de respecter autant que possible le rythme de chacun. À l’École Holisée, le temps n’est pas morcelé en de petites plages horaires. Terminé l’emploi du temps découpé en heures, voire en demi-heure voire même en 1/4 d’heure tout au long de la journée avec de grosses coupures à 11h30 et à 16h30, ainsi que des sonneries pour prévenir des débuts et fins de récréation. Tous les enfants ne font pas les mêmes activités en même temps. Il n’y a pas non plus de récréations à horaires déterminés et les projets personnels nés d’une motivation intrinsèque sont prioritaires sur toute autre activité. Les enfants arrivent à l’école entre 8h30 et 9h15 selon leur rythme de réveil et celui, plus large, de leur organisation familiale. Ils peuvent la quitter entre 15h30 et 18h. 

Le temps de fin de journée se fait dans les mêmes conditions que le temps de la journée, dans le même lieu. Les enfants ont accès aux mêmes outils afin de pouvoir poursuivre ou terminer leur projet débuté plus tôt dans la journée. L’espace de l’école offre une multitude d’ateliers qui permettent de répondre aux besoins physiologiques de l’enfant : une salle de motricité pour des temps dynamiques, un coin calme pour s’isoler et être tranquille, un labo scientifique pour donner libre cours à ces expérimentations et une bibliothèque confortable pour des moments de lecture. Toutes ses activités se font sous le regard sécurisant de deux adultes. (cf article → L’espace et l’aménagement scolaire)

Nous sommes conscients que les enfants qui arrivent à l’école ont besoin d’une phase de transition douce entre leur vécu scolaire et le fonctionnement de l’École Holisée. C’est pourquoi à l’ouverture, et pendant toute la phase de transition, la journée sera découpée en 4 temps principaux qui rythmeront la journée : un temps créatif, un temps de lecture, un temps d’entraînement et un temps récréatif. Sans oublier notre réunion quotidienne indispensable à la vie et à l’organisation du groupe. Dans ces quatre moments, les enfants auront toujours le choix des activités mais celles-ci seront davantage guidées par l’adulte (cf rubrique → Vie à l’école)

  • Du temps pour faire

Nous avons déjà évoqué le fait que le temps est nécessaire aux apprentissages et à la créativité (cf article → les facteurs influençant les processus d’apprentissage). Il varie selon les individus et ne peut être déterminé à l’avance. Il suffit de laisser le temps au temps.

À l’École Holisée, les enfants ont du temps pour apprendre (long terme) et ils ont du temps pour explorer (court terme.) Comme les projets personnels sont prioritaires, un enfant pourra passer le temps qu’il juge nécessaire à faire des allers-retours entre le jardin et le labo science pour l’exploration de différents insectes. Il pourra passer le temps qu’il juge nécessaire à la rédaction de son exposé sur les fusées ou à l’apprentissage de la lecture parce qu’il commence à basculer dedans. 

L’adulte veillera toutefois à ce que l’enfant reste dans sa posture apprenante (implication et enthousiasme) (cf article → Neurobiologie et apprentissage.) S’il en sort, le pédagogue lui en fera prendre conscience et l’invitera à changer d’activité pour reprendre celle-ci plus tard.

Le fait d’imposer une date ou un horaire butoir pour terminer une activité peut être parfois vecteur de stress – ce qui inhibe les apprentissages et la créativité – mais peut parfois aussi stimuler l’engagement. Il dépend de l’enfant et de ce qu’il est en train de faire et avec quelle implication. Le pédagogue, par son observation, devra parfois faire un choix d’intervention ou de non-intervention. Ceci est fin et risqué. Mais c’est aussi en cela que réside son talent.

Partager cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn