Elsa Haddad

1) Présentez-vous en quelques mots

Je m’appelle Elsa Haddad, j’ai deux enfants et j’ai monté il y a quelques années mon cabinet d’avocats spécialisé dans le conseil aux entreprises. Entre ma vie professionnelle et ma vie familiale, j’ai peu de temps pour moi mais j’apprécie beaucoup la danse, la littérature et généralement tout ce qui touche à l’art. Aussi, nous faisons le plus souvent possible des activités en famille : visites d’expositions, spectacles et depuis peu, j’essaye d’initier mon fils ainé au yoga et à l’expression corporelle pour canaliser son énergie.

2) Comment vous êtes-vous retrouvée embarquée dans le projet École Holisée ?

Le projet de l’École Holisée est venu d’une impulsion il y a quelques années, lorsque j’ai eu mon premier enfant. Christophe Février, avec qui je travaille régulièrement, lui-même père à l’époque de 3 enfants (aujourd’hui il en a 4 ), cherchait à s’investir dans un projet autour de l’enfance. Il avait déjà soutenu financièrement des initiatives en ce sens, autour du sport et de l’art notamment, mais de façon décousue. Il voulait quelque chose de plus concret. De mon côté, je m’étais beaucoup documenté à l’arrivée de mon bébé sur le développement cognitif de l’enfant et de comment le stimuler. Je me suis rendu compte des capacités infinies du cerveau de l’enfant, de son appétence à apprendre, de la plasticité de son cerveau. En parallèle j’observais ce qu’on proposait aux enfants pour « l’éduquer » et cela me semblait réducteur, comme une forme de gâchis de ce potentiel. En discutant de ce sujet de manière informelle avec Christophe Février et Claire Gagnaire, dont la volonté d’accompagner un projet autour de l’enfance était très fort, Christophe a proposé « Et pourquoi nous ne proposerions pas une école du futur, qui permettrait à l’enfant de développer tout son potentiel ? ». C’est parti de là.

3) Pourquoi êtes-vous autant impliquée dans l’École Holisée ?

Je suis très impliquée dans ce projet car je pense que la proposition de l’école est vraiment innovante, tout en s’inscrivant dans une continuité par rapport au cadre éducatif existant. Nous nous sommes entourés d’experts qui ont de l’expérience avec des méthodes alternatives au sein de l’Éducation nationale afin de ne pas déconnecter les élèves de ce qu’on attendra d’eux au sortir de l’école. La création du projet pédagogique a été un vrai parcours de transformation de ma façon de penser et d’appréhender l’apprentissage, la psychologie de l’enfant, le rapport à l’adulte, et en ce sens je pense que ce projet m’a également beaucoup apporté.

Partager cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn